12012013



L’invisible des mots se mêle aux couleurs

A regarder dans les yeux, bien à l’heure

Les yeux de la nuit à contre-jour du papier

Passager de l’encre, attendre l’été.


La dentelle du sommeil

A recoudre à chaque page

Un brouhaha sinueux

Une parenthèse ardente.

L’invisible des mots posé sur l’horizon.