02112013

Conflagration de rêves au sommeil de tes yeux

Il faut savoir garder les regards
Au cœur de nos hasards

Les ombres sourient ensemble
Toutes ces larmes en dégât des eaux
S’évaporent aux étangs brumeux
De cet automne délabré.

Feuilles en partance
Le vent s’abreuve de nos oublis.

Et de tout ce présent mauve, au soir

Je ne veux garder que ton regard.