22052014.jpg




L'empreinte de tes yeux sur la mer,
Et ce printemps en fleurs d'eau
Ce coquillage pour ta marée
Sonnent au clocher
De cet enchevêtrement des sens

Tous mes mots en pollen
Ta peau nue sous la laine.

J'ai oublié de ne pas te dire 
La patiente de l'écume
Au ventre du rocher

Pleurer la sincérité des nuages
Au chagrin du soir qui se diffuse 
Aux ombres de tes dentelles

Au creux des signes épars de mes chemins
Devenir berger de tes ruisseaux
Ponctuer tes danses bigarrées
Des virgules de ton sourire

Le goût salé
Des rêves de papier

Sur la lèvre d'un rendez-vous
Je te peindrai du rouge
Au miel des matins
Sur ta bouche sans lendemain

Toujours le vent revient
Aux années qui nous sont dues

Ne reste plus qu'une pensée 
Balayer les cernes sous nos regards
Habiller l'impossible
Au satin de nos danses

Tracer, effacer les frontières de nos mains enchaînées.