26102014





Souffle de la nuit

Mélancolie d’automne

Ce chant que nulle pluie n’empêche

Ce chant de tes hanches au refrain des chagrins.


Dérive de l’encre au fil de l’écrit

L’empreinte d’un regard sur la soie des mots

Juste un songe gravé sous les paupières

Le fil profond qui chapitre les pierres


Octobre, le paysage se saupoudre de roux

Sur la feuille égarée, la soif des virgules

Le soir est venu bien vite

Octobre en bleu et ton sourire en parfum d’automne.