30052015



Et ainsi la nuit
Un papillon posé sur le désordre des pensées

Un pas plus loin, c’est demain sur la peau noctambule 
Sous le chant de ton regard s’ouvrent les paupières du silence
Sur l’oubli du rocher les serments de ta vague

Et ainsi la nuit
Le sable nu sous le flot qui se retire

Tu es oiseau 
Penché sur mes errances 
Tu es émotion de satin 
Aux couleurs qui bruissent sur mes refrains d'aquarelle.

Et ainsi la nuit. 
Le froissement du rouge sur l’horizon qui s’enfuit sur un frisson de brume.

Un foisonnement, 
Les arbres qui s’incrustent dans le bleu du ciel de nuit 
Le silence qui se balance au sang de tes murmures 
En promenade sur la mousse des nuages

Ton parfum en gouttes douces 
Ton regard qui s'évade dans le reflet du bois sombre

Et ainsi la nuit, 
Tu te couches dans le vent de mes pensées perdues. 

Et ainsi la nuit 
Un voyage quand mes couleurs caressent tes paupières

Et ainsi la nuit
Au crêt de la vague, à l'agonie de la marée montante