10032018blog.jpg


Il m'afflue que tu m'afflues
Dans ce flou qui nous échoit
Au feutre des nuages
Sous l'ourlet de nos nuits

Dans ce vallon des peaux
Le tourbillon des souffles
Effondre le ciel
Blancs lambeaux d'équinoxe

Remonter
Le fleuve de nos instants
Pour cette fleur
Qui s'ouvre sur le printemps.