09092019blog.jpg


A l'orée de la lande
Deviner le parfum du soir
Au chuchotis des roseaux


La lune grignote son chemin
Sur l'été qui revient
Embraser les arches du pont

Seule aux fenêtres des vagues
L'abondance du ciel

Au ventre doux de l'équinoxe
La marée enflamme le paysage
L'instant vibre d'écume et de voiles
Gouttes d'azur dérobées au chenal
Etanchent la soif de tes épaules nues

Allez viens
Tu sais des sentiers il faut soupeser les silences
Les peindre au creux des limons d'étoiles
Au verger des nuages
Cueillir l'ombre sur ta peau