201904042017.jpg



Lanières de sable
Lanières de feu
Le ciel se penche pour embrasser la mer
Sur la blessure du jour vient se poser la nuit

Le soir descend et c’est déjà novembre

Sentiers de plume qui tressent nos pas
Au cœur de la lande mordue de roseaux

Juste un peu de pluie
Pour le sourire du ruisseau
Et toute la parole des arbres
Suspendue au bec des oiseaux

Ton chant porté sur le vent
Ravine les bruines
Paysage de l'invisible
A la lisière de tes lèvres

L’automne habille de fauve la terre
Alors la nuit use le jour
Dans ce silence de l’espace ouvert
Entre brumes et lumières

Au bleu des ombres douces
Fendre l'écorce des frimas
Eparpiller les couleurs
De toile en toile sur l'instant

Nue la terre
Nue ta peau
Sous l’abri des mains

Tout ce ciel dévoilé
Au sommet des marches du matin
Aux rives des draps effeuillés
La foudre de ta beauté